FAIRE UN DON

Parlez à un professionel de la santé 1-855-899-2873

Rechercher

Toujours cru que j’étais un candidat à risque pour le cancer de la prostate – Par Benoit, 53 ans

Toujours cru que j’étais un candidat à risque pour le cancer de la prostate – Par Benoit, 53 ans

Lien image

J’appréhendais la vérité et j’ai toujours cru que j’étais un candidat à risque pour le cancer de la prostate depuis que mon père a été diagnostiqué et opéré vers l’âge de 69 ans. Je dois avouer que j’espérais le contraire. J’en parlais avec mon médecin de famille lors de mes examens annuels et celui-ci a entamé un dépistage en bonne et due forme à mes 53 ans. L’examen physique ne révélait pas une prostate anormalement grosse.

Cependant, le test sanguin révélait un taux de APS total de 4,6; suffisamment élevé pour soulever un soupçon chez mon médecin. Celui-ci m’a alors remis une requête pour une échographie transrectale ainsi que pour une biopsie prostatique.

L’échographie n’a pas révélé d’anomalie sérieuse qui aurait exigé un traitement immédiat. Cependant, la biopsie a confirmé un taux de Gleason de 6/10 sur 4 des 6 échantillons prélevés. Le diagnostic de cancer m’a ébranlé, car même si je me considérais comme un candidat à risque, j’espérais en être épargné. Ma femme a démontré un sang-froid incroyable et m’a donné tout son support pour trouver la meilleure solution.

Mon médecin m’a alors référé à un spécialiste pour décider de la meilleure marche à suivre. L’urologue m’a expliqué qu’en raison de mon bas âge et de la nature du cancer, que la meilleure solution était la chirurgie, une prostatectomie radicale. Il m’a aussi parlé des autres traitements possibles, comme la radiothérapie. Une mise en garde était de mise à l’effet qu’une chirurgie ultérieure à ce traitement devenait très difficile, en raison de l’état des tissus. De plus, mon chirurgien m’offrait un type de chirurgie qui m’inspirait confiance, soit par laparoscopie. Une technique moins envahissante et avec un meilleur pronostique, quant à la préservation des nerfs contrôlant l’érection. Cette technique diminuait aussi le risque d’avoir recours à une transfusion sanguine lors de l’opération.

J’avais la chance de présenter un profil qui convenait à ce type d’intervention. Ce fut une décision très difficile à prendre. Après réflexion ma femme et moi avons décidé d’un commun accord que la meilleure chose à faire était d’éradiquer toute trace de cancer. Cette décision avait pour but de jouir d’une espérance et d’une qualité de vie appréciable.

Même si la chirurgie était la meilleure décision logique, il n’en reste pas moins que j’étais très nerveux et inquiet. Je ne ressentais aucun malaise, et je n’avais aucun symptôme. Je me disais que je ressortirais peut-être de la salle d’opération en plus mauvais état, soit impuissant et/ou incontinent.

La chirurgie a duré 4,5 heures et je dois avouer que j’ai davantage souffert des conséquences de l’anesthésie et des médicaments antidouleur, que d’autres malaises. L’analyse des tissus de la prostate après l’opération a confirmé un taux de Gleason de 7/10.

La chirurgie par laparoscopie était moins envahissante. Je n’avais que cinq petites incisions d’à peine 2 ou 3 centimètres, dont une au nombril. Douze heures plus tard, je marchais déjà. J’ai eu mon congé de l’hôpital après trois jours, et le cinquième jour je suis retourné à l’hôpital pour faire enlever le cathéter. J’ai alors commencé à porter une protection sanitaire dans mes sous-vêtements pour absorber les fuites d’urine, et ce, seulement durant le jour. Je n’ai jamais eu de problème de fuite pendant la nuit.

Durant le jour, les fuites se produisaient surtout lors d’un effort comme soulever un poids, lors d’un éternuement, ou lorsque la vessie semblait être plus irritée, par la consommation d’alcool. L’infirmière m’a alors enseigné comment faire des contractions pelviennes pour compenser l’absence de contrôle. Six mois après la chirurgie, j’ai arrêté de porter de façon systématique une protection sanitaire, car certains soirs, elle était à peine humide.

Mon chirurgien m’avait donné un congé de six semaines et après environ trois semaines, j’ai repris le travail. Je me sentais assez en forme. Mon travail n’était pas demandant physiquement, et j’ai été en mesure de faire beaucoup de travail de bureau à la maison. J’ai commencé à conduire mon auto environ une semaine après la chirurgie. On m’a expliqué que les restrictions de conduite étaient surtout pour éviter des pertes de contrôle advenant une crise de douleur inattendue. Je n’ai jamais ressenti de douleur intense après ma chirurgie, si ce n’est que de légères douleurs dans la région du scrotum. Le temps de cicatrisation a été d’environ deux mois. J’ai constaté, que si les intestins ne sont pas constipés, il y a moins de douleur dans cette région.

Environ trois ou quatre semaines après la chirurgie, j’ai pu constater que le plaisir sexuel était présent, même si je n’avais pas d’érection suffisante pour une pénétration. Je savais que les nerfs avaient été préservés parce que je pouvais ressentir à l’occasion des érections spontanées. Comme il m’a été expliqué par le chirurgien et l’infirmière, les nerfs pouvaient mettre jusqu’à deux ans avant de se régénérer, à raison de 1 millimètre par jour. Le médecin m’a alors prescrit le viagra et le cialis pour tenter d’aider la situation. Avec ces médicaments, j’avais l’impression d’avoir une érection plus solide, mais pas assez pour une pénétration. Je me suis résigné aux effets secondaires tels que mentionnés par les fabricants, mais l’absence de résultat me décourageait. Je crois que ces médicaments pourront être plus efficaces dans un an ou deux lorsque les nerfs auront récupéré.

Même si mon épouse me démontrait tout son appui, son amour et sa compréhension, j’avais peur que ça devienne un jour un obstacle à notre vie intime. Je ressentais une certaine frustration, possiblement à cause d’une trop grande impatience de ma part. Nous avons assisté à une session qui parlait de la sexualité et du cancer de la prostate dans le cadre d’une rencontre d’un groupe d’entraide. Plusieurs solutions ont été présentées et celle qui m’a le plus intéressé était le traitement par injections dans le pénis. Ma femme n’était pas emballée à l’idée, mais j’ai décidé de poursuivre quand même la démarche auprès de l’infirmière et du médecin.

C’est alors que, six mois après mon opération, j’ai suivi trois sessions de formation avec l’infirmière où j’ai appris comment m’administrer les injections. Dès la première fois où je me suis injecté à la maison, j’ai réussi à obtenir une érection assez solide pour une pénétration. Ce n’était pas comme avant l’opération, l’érection n’ayant pas été soutenue. Après avoir parlé au médecin, celui-ci m’a montré comment augmenter la dose graduellement. J’ai confiance que les nerfs vont se régénérer petit à petit et je dois contrôler mes attentes qui sont trop grandes, compte tenu du peu de temps depuis l’opération.

Depuis la chirurgie, j’ai eu deux contrôles sanguins et ceux-ci se sont avérés négatifs. Mon médecin spécialiste a aussi pris soin de m’aviser de ne pas prendre de poids et de m’inspirer des habitudes alimentaires recommandées par le Conseil Canadien sur les Maladies de la Prostate.

En bout de ligne, je n’ai jamais regretté un seul instant ma décision d’avoir accepté la chirurgie parce que je suis convaincu que mon espérance et ma qualité de vie seront meilleures à long terme. En ce qui me concerne, vivre sans cancer est moins stressant que de savoir qu’on en a un et qu’il pourrait se répandre de façon sournoise.

Un dépistage hâtif est certes la meilleure recommandation, surtout pour les personnes qui présentent un certain risque. Je tiens aussi à souligner que j’ai eu la chance d’avoir tous les éléments qui ont favorisé une excellente guérison physique et psychologique:

  • Un dépistage précoce par mon médecin de famille.
  • Un chirurgien exceptionnel, qui pratique une technique moins envahissante.
  • Un suivi infirmier à l’hôpital sans reproche avec des infirmières compétentes et disponibles.
  • Mes collègues de travail qui m’ont donné toute leur amitié et leur support.
  • Et surtout ma famille : mes trois enfants qui m’ont entouré d’attention et ma tendre épouse qui continue à me manifester son amour.

Aujourd’hui, six mois après l’opération, je peux dire que j’ai une vie aussi remplie qu’avant au niveau de mon travail, de mes activités sociales et familiales. J’ai des projets de voyage et d’activités physiques pour les mois à venir.

Discover our animated video!

Symptoms, risk and screening
Are you over 50 years old, or have you been having urinary problems for some time now? This video is for you! Several diseases can affect your prostate, and it’s important to detect them early. Let’s take a closer look. 

 

Anatomy

What is the prostate

Illustration de l’appareil de l’homme pour un cancer prostate

The prostate is a gland:

  • Located between the bladder and the penis, just in front of the rectum;
  • Formed of 2 lobes which surround the urethra, a canal that runs through the center of the prostate, from the bladder to the penis, letting urine and sperm flow out of the body;
  • The size of a walnut, which grows larger in size in your forties;
  • That has a soft, spongy texture to the touch like a small, ripe plum.

The prostate is made of:

  • Gland cells that secrete liquids for ejaculation;
  • Muscle cells that participate in the evacuation of your sperm during ejaculation;
  • Fiber cells that maintain the structure of the gland.

Around the prostate, we find:

  • The seminal vesicles, glands that produce sperm and that are located on either side of the prostate;
  • The vas deferens, the tube that carries sperm from the testicle to the seminal vesicles;
  • The nerve bundles that control your bladder and erectile function and that are located on either side of your prostate.

Structure

Three main zones of the prostate

Illustration des 3 zones de la prostate de l’homme cancer prostate

Peripheral zone

  • The peripheral zone is the largest area of the prostate. It can easily be felt by the doctor during a digital rectal exam (DRE).
  • Most prostate cancers start in the peripheral zone.

Transition zone

  • This is the area located in the middle of the prostate, between the peripheral and central areas. It surrounds your urethra that runs through the prostate.
  • With age, the transitional area increases in size until it becomes the largest portion of your prostate. This is called benign prostatic hyperplasia (BPH) or enlarged prostate.

Central zone

  • It is the part of the prostate that is farthest from the rectum. This is why prostate tumors located in this area can not be felt by the doctor during a digital rectal examination.
  • If the doctor is in doubt, the following information will help decide if additional investigation is necessary:
    • Your PSA level
    • Your age and family history
    • Your ethnic origin

Fonction

In short

Illustration d’une prostate saine cancer prostate

Your fertility and natural fertilization

  • It produces … a prostatic fluid rich in enzymes, proteins and minerals that nourishes and protects your spermatozoa.
  • It makes … a protein (APS) that is used to liquefy your sperm to facilitate the mobility of your spermatozoa.
  • It allows … ejaculation by contracting.
  • It promotes … fertility through its enzymes facilitating the penetration of sperm through the cervix.
  • It is not related to the mechanism of erection. Therefore, the origin of erectile dysfunction lies elsewhere.

Additional details

Exocrine Function

The prostate is made up of thousands of tiny fluid-producing glands. Specifically, the prostate is an exocrine gland. Exocrine glands are so-called because they secrete through ducts to the outside of the body (or into a cavity that communicates with the outside). Sweat glands are another example of an exocrine gland.

The fluid that the prostate gland produces forms part of semen, the fluid that carries sperm during orgasm. This fluid, produced in the prostate, is stored with sperm in the seminal vesicles. When the male climaxes, muscular contractions cause the prostate to secrete this fluid into the urethra, where it is expelled from the body through the penis.

Urine Flow

The prostate wraps itself around the urethra as it passes from the bladder to the penis. Prostatic changes can affect urine flow. Increasing the size of the prostate or muscle tone may impede the flow of urine due to the close anatomical relationship between the urethra and the prostate.

Prostate Specific Antigen (PSA)

The prostate also produces a protein called prostate-specific antigen (PSA). PSA is released with the ejaculatory fluid and can also be traced in the bloodstream. The testing of PSA levels in the blood is used to detect prostate cancer. The level of PSA in the blood is usually measured in nanograms of PSA per milliliter of blood (ng/mL).

A raised PSA level

Usually, a PSA rate of less than 4 nanograms per milliliter of blood is normal, but age should also be taken into consideration as PSA levels gradually increase with age. A rise in PSA concentration may indicate the presence of:

  • An enlarged prostate (benign prostatic hyperplasia)
  • An inflammation or infection of the prostate (prostatitis)
  • A prostate cancer

Your doctor will have you undergo other tests to determine the exact cause of the increase in your PSA.

We are here for you

You have questions or concerns? Don’t hesitate. Contact us at 1-855-899-2873 to discuss with one of our nurses specialized in uro-oncology. They are there to listen, support and answer your questions, and those of your family or your loved ones. It’s simple and free, like all of our other services.

Also take the time to visit each of our pages on this website, as well as our YouTube channel, in order to get familiar with the disease, our expert lectures, our section on available resources, the support that is offered to you, our events and ways to get involved to advance the cause..

 

Staying Informed

Pages that might interest you
Want to know more? Just click on one of the links below.

The latest PROCURE news that might interest you
Every week we publish a blog article. Here are some for you.

The medical content and editorial team at PROCURE
Our team is composed of urologists, and nurses certified in uro-oncology with a deep knowledge of prostate cancer and other diseases related to the genitourinary system. Meet our staff by clicking here.

Sources and references

Last medical and editorial review: September 2023
Written by PROCURE. © All rights reserved

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.
Infolettre

Restez informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir des informations sur nos activités.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais    |    1-855-899-2873

© 2024 PROCURE – Tous droits réservés  No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais
1-855-899-2873
Contactez-nous
© 2023 PROCURE – Tous droits réservés 
No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité