FAIRE UN DON

Parlez à un professionel de la santé 1-855-899-2873

Rechercher

Le diagnostic est donné: cancer avancé de la prostate – Par Michel, 62 ans

Le diagnostic est donné: cancer avancé de la prostate – Par Michel, 62 ans

Lien image

19 avril 2004. Résultat de prises de sang demandées avant de fermer un dossier médical, prises de sang qui, jusque-là, était routinières, mais le résultat cette fois-ci est plutôt inquiétant. Taux d’APS élevé, 48, d’après l’urologue qui réclame sans tarder une biopsie; ce qui se fait rapidement, trois jours plus tard. Une certaine appréhension commence à se manifester chez moi, sans plus…Ce qui ne m’empêche pas de finaliser un engagement de travail à l’extérieur de Montréal.

Deux semaines plus tard, retour à l’hôpital pour le résultat de la biopsie. Je me suis rendu au bureau de l’urologue, avec une certaine inquiétude, mais aussi avec un sentiment de confiance, malgré tout…

Le diagnostic est donné: cancer avancé de la prostate, avec des métastases possibles aux os. Abasourdi, n’ayant pas compris ce que j’entendais, j’ai fait répéter à trois reprises ce que je venais d’entendre. Impression soudaine d’être comme assommé, pratiquement aphone, incapable de dire un mot et d’enregistrer mentalement le diagnostic. Pour moi, c’était quelque chose d’impensable, d’incroyable et surtout de complètement inattendu. Le cancer, c’était pour les autres pour qui j’éprouvais généralement beaucoup de sympathie, mais ça n’existait pas pour moi, étant terrorisé seulement à entendre prononcer le mot CANCER. Un diagnostic de cancer équivaut dans ma tête, à ce moment-là, à un diagnostic de mort ou de mort prochaine.

Tout de suite après avoir reçu le diagnostic, rencontre avec une équipe médicale composée de l’urologue, un radio-oncologue et une infirmière qui discutent entre eux et planifient sagement les traitements appropriés pour moi, mais tout en m’obligeant à passer d’abord différents scanners au cours des prochaines semaines, afin de vérifier la présence ou non de métastases osseuses et cibler le traitement approprié. La discussion de cette équipe compétente, multidisciplinaire, et les échanges des différents intervenants m’ont impressionné, tout en demeurant complètement étranger à leur vocabulaire médical. Je me sentais totalement démuni.

Pourquoi ce cancer? Qu’est-ce qui le provoque? Serait-ce dû à un facteur héréditaire? Ce qui n’est pas le cas dans ma famille; serait-ce dû à l’alimentation? Je surveille bien mon alimentation depuis des années. Alors qu’est-ce qui a provoqué ce cancer? Serait-ce causé par un stress émotif ou une accumulation de stress ? Alors pourquoi? Après un an, je suis toujours sans réponse précise et cela me frustre. J’aimerais bien avoir un début de réponse un jour ou, en tout cas, avoir un certain éclairage.

Revenu chez-moi, après cette rencontre, je suis resté enfermé pendant des jours avec des nausées, incapable de manger et de communiquer la nouvelle, sauf à quelques proches qui étaient consternés d’entendre ce que je leur disais. Pour moi, ce fut le début d’un véritable cauchemar. Les mots: courage, confiance n’avaient soudainement plus de sens. J’aurais bien voulu en avoir… c’était le vide total.

Avoir cette pénible impression qu’un mur infranchissable est désormais sur mon chemin. Tous mes projets, engagements, activités sont remis en question…Je me sens vraiment désemparé, très angoissé, incertain de tout et comme isolé de tout et des autres.

C’est comme si la vie n’a plus de goût et n’est d’aucun intérêt. Je me sens de plus en plus déprimé. Période, je l’avoue, la plus difficile de ma vie.

Le 19 août, j’apprends heureusement que les examens ne révèlent pas la présence de métastases osseuses. Bonne nouvelle, malgré tout! Le choix m’est offert entre une chirurgie d’ablation radicale de la prostate ou la radiothérapie.

Une documentation abondante et très bien faite sur le cancer de la prostate et des différentes possibilités de traitements m’est remise et des invitations à des rencontres périodiques d’informations sur le sujet. Enseignements par des professionnels compétents. Rencontres très éclairantes, je le reconnais, mais qui, en ce qui me concerne, augmentaient mon niveau d’angoisse au retour chez moi. Quel traitement choisir? Lectures, appels téléphoniques, contacts avec des hommes ayant vécu la même expérience, consultation du site web PROCURE, site complet, très bien documenté, demande de conseils auprès de personnes compétentes. Finalement après une bonne réflexion, à la fin de septembre, j’opte pour la radiothérapie.

Une autre prise de sang est requise et une semaine plus tard, début octobre, j’apprends que le taux d’APS est encore augmenté, 59. Autre moment fort d’incertitude et d’angoisse. La radiothérapie est retardée et on demande une hospitalisation début décembre, chirurgie abdominale pour retirer et analyser des ganglions et vérifier s’il y a présence ou non de cellules cancéreuses. Période d’attente pour moi encore très difficile, peur de l’hospitalisation et des bactéries qui ont envahi nos hôpitaux, appréhension du résultat. Finalement, le 14 décembre, on me signale que les ganglions sont intacts, mais que la tumeur cancéreuse est agressive. Le plan de traitement est alors finalisé. Trois ans d’hormonothérapie avec injection à tous les 3 mois et deux mois de traitements de radiothérapie qui ont débuté le 16 février 2005, précédés de différents scanners et de séances de marquage.

Me familiariser avec cet univers tout à fait nouveau, radio-oncologie, salles de radiation, appareils imposants et technicien(e)s, côtoyer chaque jour dans la salle d’attente des hommes et femmes atteints de cancer est toute une expérience à vivre. Une solidarité se créé, chaque jour. Fort heureusement, le personnel est extraordinaire. Leur compétence et gentillesse donnent confiance.

Les bénévoles à l’accueil et au transport quotidien sont remarquables et facilitent beaucoup les traitements. Dans toute cette expérience difficile à vivre depuis un an, il faut accepter d’attendre. Dans le contexte d’un hôpital bien occupé, l’attente est inévitable. L’attente des résultats des scanners, l’attente quotidienne pour la radiothérapie, l’attente des résultats des traitements; attendre est certainement inévitable et très éprouvant à l’hôpital et chez-soi et, en plus, quand les rendez-vous prévus sont retardés, quel désappointement et encore cette attente interminable…Ne pas savoir…ne pas comprendre ce qui se passe.

Et, à d’autres jours, prendre un numéro et faire encore la file pour d’autres prises de sang, attendre… attendre son tour pour le rendez-vous avec le spécialiste, parce qu’il y a trop de patients en attente eux aussi…dans la salle d’attente. Et le personnel toujours débordé…Quelle énergie généreuse déployée chaque jour pour répondre à toutes les demandes sur place et les appels téléphoniques continuels!

Attendre parfois un regard qui fait exister, un geste, un sourire qui donne confiance, attendre prononcer son nom, enfin et entrer dans le bureau, espérant entendre une bonne nouvelle, presque impossible à dire de la part du spécialiste, parce que les résultats ne sont pas encore complets. Il faut attendre encore. Tout cela fait partie aussi de l’expérience à vivre.

14 avril 2005: Fin des deux mois de traitements de radiothérapie. Quelle surprise de recevoir une rose jaune des bénévoles de l’hôpital. Moment émouvant. Rose symbolique qui veut dire beaucoup pour le patient. Courage et détermination sont soulignés.

Prise de sang le 12 mai suivant. Résultat encourageant donné le 2 juin par le radio-oncologue. Diminution de la grosseur de la tumeur et baisse substantielle du taux d’APS. Donc, d’après le spécialiste, la combinaison des deux traitements, hormonothérapie et radiothérapie, est efficace. Après un an un poids énorme disparaît… enfin!

Le suivi périodique, prises de sang et examens vont se poursuivre au cours des prochains mois, en souhaitant que les résultats soient aussi encourageants. Un merci spécial à toute l’équipe soignante des départements de radio-oncologie et d’urologie pour faciliter l’information, les traitements et le soutien nécessaire. Leur travail est admirable.

J’ai encore à composer présentement avec les effets secondaires des traitements de radiothérapie et d’hormonothérapie. La résistance physique est moins forte, fatigue, besoin de sommeil, problèmes intestinaux, sueurs, bouffées de chaleur, effets qui semblent faire partie de la « normalité », d’après ce que l’on me dit et qui devraient disparaître graduellement.

Je ne reconnais plus tout à fait le corps que j’habite, façon de parler pour dire que non seulement le système physique est atteint mais le psychologique est aussi atteint…Le cancer atteint l’âme à quelque part. Ça, c’est une autre histoire. Ce serait l’objet d’une autre réflexion. Pour le moment, patience et tolérance sont indispensables et surtout obligation de trouver progressivement un nouveau mode de vie plus paisible, en diminuant le stress, les attentes et exigences du quotidien; faire un « réajustement » de vie salutaire, je le souhaite, pour les prochaines années… si Dieu le veut!

Discover our animated video!

Symptoms, risk and screening
Are you over 50 years old, or have you been having urinary problems for some time now? This video is for you! Several diseases can affect your prostate, and it’s important to detect them early. Let’s take a closer look. 

 

Anatomy

What is the prostate

Illustration de l’appareil de l’homme pour un cancer prostate

The prostate is a gland:

  • Located between the bladder and the penis, just in front of the rectum;
  • Formed of 2 lobes which surround the urethra, a canal that runs through the center of the prostate, from the bladder to the penis, letting urine and sperm flow out of the body;
  • The size of a walnut, which grows larger in size in your forties;
  • That has a soft, spongy texture to the touch like a small, ripe plum.

The prostate is made of:

  • Gland cells that secrete liquids for ejaculation;
  • Muscle cells that participate in the evacuation of your sperm during ejaculation;
  • Fiber cells that maintain the structure of the gland.

Around the prostate, we find:

  • The seminal vesicles, glands that produce sperm and that are located on either side of the prostate;
  • The vas deferens, the tube that carries sperm from the testicle to the seminal vesicles;
  • The nerve bundles that control your bladder and erectile function and that are located on either side of your prostate.

Structure

Three main zones of the prostate

Illustration des 3 zones de la prostate de l’homme cancer prostate

Peripheral zone

  • The peripheral zone is the largest area of the prostate. It can easily be felt by the doctor during a digital rectal exam (DRE).
  • Most prostate cancers start in the peripheral zone.

Transition zone

  • This is the area located in the middle of the prostate, between the peripheral and central areas. It surrounds your urethra that runs through the prostate.
  • With age, the transitional area increases in size until it becomes the largest portion of your prostate. This is called benign prostatic hyperplasia (BPH) or enlarged prostate.

Central zone

  • It is the part of the prostate that is farthest from the rectum. This is why prostate tumors located in this area can not be felt by the doctor during a digital rectal examination.
  • If the doctor is in doubt, the following information will help decide if additional investigation is necessary:
    • Your PSA level
    • Your age and family history
    • Your ethnic origin

Fonction

In short

Illustration d’une prostate saine cancer prostate

Your fertility and natural fertilization

  • It produces … a prostatic fluid rich in enzymes, proteins and minerals that nourishes and protects your spermatozoa.
  • It makes … a protein (APS) that is used to liquefy your sperm to facilitate the mobility of your spermatozoa.
  • It allows … ejaculation by contracting.
  • It promotes … fertility through its enzymes facilitating the penetration of sperm through the cervix.
  • It is not related to the mechanism of erection. Therefore, the origin of erectile dysfunction lies elsewhere.

Additional details

Exocrine Function

The prostate is made up of thousands of tiny fluid-producing glands. Specifically, the prostate is an exocrine gland. Exocrine glands are so-called because they secrete through ducts to the outside of the body (or into a cavity that communicates with the outside). Sweat glands are another example of an exocrine gland.

The fluid that the prostate gland produces forms part of semen, the fluid that carries sperm during orgasm. This fluid, produced in the prostate, is stored with sperm in the seminal vesicles. When the male climaxes, muscular contractions cause the prostate to secrete this fluid into the urethra, where it is expelled from the body through the penis.

Urine Flow

The prostate wraps itself around the urethra as it passes from the bladder to the penis. Prostatic changes can affect urine flow. Increasing the size of the prostate or muscle tone may impede the flow of urine due to the close anatomical relationship between the urethra and the prostate.

Prostate Specific Antigen (PSA)

The prostate also produces a protein called prostate-specific antigen (PSA). PSA is released with the ejaculatory fluid and can also be traced in the bloodstream. The testing of PSA levels in the blood is used to detect prostate cancer. The level of PSA in the blood is usually measured in nanograms of PSA per milliliter of blood (ng/mL).

A raised PSA level

Usually, a PSA rate of less than 4 nanograms per milliliter of blood is normal, but age should also be taken into consideration as PSA levels gradually increase with age. A rise in PSA concentration may indicate the presence of:

  • An enlarged prostate (benign prostatic hyperplasia)
  • An inflammation or infection of the prostate (prostatitis)
  • A prostate cancer

Your doctor will have you undergo other tests to determine the exact cause of the increase in your PSA.

We are here for you

You have questions or concerns? Don’t hesitate. Contact us at 1-855-899-2873 to discuss with one of our nurses specialized in uro-oncology. They are there to listen, support and answer your questions, and those of your family or your loved ones. It’s simple and free, like all of our other services.

Also take the time to visit each of our pages on this website, as well as our YouTube channel, in order to get familiar with the disease, our expert lectures, our section on available resources, the support that is offered to you, our events and ways to get involved to advance the cause..

 

Staying Informed

Pages that might interest you
Want to know more? Just click on one of the links below.

The latest PROCURE news that might interest you
Every week we publish a blog article. Here are some for you.

The medical content and editorial team at PROCURE
Our team is composed of urologists, and nurses certified in uro-oncology with a deep knowledge of prostate cancer and other diseases related to the genitourinary system. Meet our staff by clicking here.

Sources and references

Last medical and editorial review: September 2023
Written by PROCURE. © All rights reserved

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.
Infolettre

Restez informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir des informations sur nos activités.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais    |    1-855-899-2873

© 2024 PROCURE – Tous droits réservés  No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais
1-855-899-2873
Contactez-nous
© 2023 PROCURE – Tous droits réservés 
No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité