FAIRE UN DON

Parlez à un professionel de la santé 1-855-899-2873

Rechercher

Cancer avec métastases

Cancer avec métastases

Un cancer de la prostate métastatique peut être diagnostiqué de plusieurs façons. Le patient peut se présenter avec des symptômes « systémiques » comme la fatigue, la perte de poids ou des douleurs osseuses.

D’un autre côté, il peut y avoir eu diagnostic d’un cancer de la prostate localisé à risque intermédiaire ou élevé. Suite à cela, des examens complémentaires pourront démontrer que le cancer s’est déjà propagé à d’autres organes (métastases).

Dans tous les cas, un diagnostic de cancer de la prostate métastatique est basé sur l’identification de cellules cancéreuses dans d’autres organes (os, ganglions, foie, etc.). Ceci est généralement effectué à l’aide de différentes modalités d’imageries, dont:

  • La scintigraphie osseuse – Elle sert à déceler la présence de cellules cancéreuses dans vos os, c’est-à-dire là où le cancer de la prostate se propage le plus souvent.
  • La tomodensitométrie abdomino-pelvienne – Elle permet l’évaluation de l’anatomie intra-abdominale et l’identification de lésions suspectes. Comme le cancer de la prostate peut se propager à vos ganglions lymphatiques pelviens et abdominales, votre urologue s’intéressera particulièrement à ces petits organes du système immunitaire et cherchera à savoir si le cancer s’y est logé.

Depuis quelques années, plusieurs traitements initialement utilisés après l’échec d’une hormonothérapie en injection, comme une chimiothérapie et/ou une hormonothérapie de nouvelle génération sous forme de comprimé, sont maintenant parfois utilisés lors d’un nouveau diagnostic d’un cancer de la prostate métastatique (voir ci-dessous). Ceci permet de « frapper fort » le cancer au début et ainsi le garder en rémission le plus longtemps possible.

Les métastases ganglionnaires

Lorsque le cancer de la prostate a atteint les ganglions, découvert soit à l’imagerie lors du bilan d’un nouveau diagnostic de cancer de la prostate ou suite à l’ablation des ganglions pelviens qui est faite parfois lors d’une prostatectomie radicale, le traitement standard est habituellement l’hormonothérapie à vie. D’importantes études publiées ont montré que si l’on commence l’hormonothérapie dès qu’il y a des métastases ganglionnaires, avant l’apparition de métastases osseuses (métastases les plus fréquentes), on prolonge la survie de façon significative.

Votre médecin pourrait proposer aussi faire une prostatectomie radicale avec ablation de vos ganglions lymphatiques pelviens si votre charge ganglionnaire est peu importante, c’est dire que très peu de ganglions sont touchés par le cancer.

Il arrive que le médecin préfère attendre et surveiller votre taux d’APS. En effet, dans environ 10% à 15% des cas de métastases ganglionnaires, le taux d’APS reste stable pendant plusieurs années.

  • Avec un suivi médical tous les trois ou six mois, le médecin suit votre situation et intervient dès qu’il constate que ce taux se met à monter. Il a alors le temps de réagir puisqu’il faudra encore plusieurs mois et même des années avant que le cancer ne fasse des métastases ailleurs.
  • On prendra notamment la décision d’attendre pour éviter les effets secondaires de l’hormonothérapie le plus longtemps possible.

Les métastases osseuses

Le cancer qui s’est propagé aux ganglions finira par s’attaquer aux os, en particulier ceux du bassin et de la colonne vertébrale. Si les métastases sont assez grosses, les symptômes suivants peuvent parfois survenir: douleur au bas du dos ou aux hanches, engourdissement ou paralysie des membres inférieurs (les métastases à la colonne vertébrale peuvent comprimer la moelle épinière), fatigue constante, perte d’appétit et pâleur (les métastases osseuses peuvent causer une anémie). À ce stade, vos os sont devenus très fragiles et susceptibles de se fracturer.

L’hormonothérapie est prescrite dès que le médecin constate la présence de métastases osseuses, qu’elles soient accompagnées ou non de douleurs. Le traitement est pratiquement toujours appliqué de façon continue et à vie.

L’hormonothérapie soulage les douleurs et prolonge votre survie de façon appréciable. Des traitements palliatifs additionnels peuvent s’ajouter pour réduire vos symptômes ou la douleur osseuse.

Les avancées en recherche

On a constaté que les patients vivaient beaucoup plus longtemps et que l’apparition des symptômes liés aux métastases était retardée si l’hormonothérapie était précocement associée à une chimiothérapie, par exemple le docétaxel (Taxotere) ou à une hormonothérapie de nouvelle génération, par exemple l’abiraterone (Zytiga), l’enzalutamide (XTANDI), l’apalutamide (Elreada) – plutôt que d’attendre que votre cancer ne réponde plus l’hormonothérapie standard.

Ce que la recherche dit en 2023 – Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate qui s’est propagé significativement dans tout le corps, les options de traitements au-delà des seules injections d’hormones, comme une triple thérapie (hormonothérapie standard, chimiothérapie et comprimés oraux), devraient être discuter avec son médecin. À ce titre, voici une capsule vidéo qui pourrait vous intéresser avec le Dr Vincent Fradet, uro-oncologue au CHU de Québec-Université Laval, suite à la conférence scientifique de ASCO-GU en 2023.

Comme mentionné plus haut, ceci permet de « frapper fort » le cancer au début et ainsi le garder en rémission le plus longtemps possible.

L’association d’une chimiothérapie ou d’une hormonothérapie de nouvelle génération à votre traitement hormonal standard sera selon si vous avez beaucoup ou peu de métastases, les risques de progression de votre cancer, votre santé en général, les pour et contre. Votre médecin est le mieux placé pour votre plan de traitement et il ne faut pas hésiter à poser vos questions.

Ce qu’il faut savoir

Les formes d’hormonothérapie plus anciennes sont toujours utiles et doivent continuer à être prescrites, mais l’ajout de la nouvelle génération d’agents hormonaux apporte d’importants bienfaits aux patients. Cette classe de médicaments est également une option qui peut être utilisée si vous avez reçu un diagnostic de cancer métastatique résistant à la castration.

Si votre cancer développe une résistance à cette classe de médicaments, vous pourriez être traité par la chimiothérapie, par le radium-223 si vous avez des métastases qui entrainent une douleur osseuse, par le biais d’un protocole de recherche, s’il y en a un cours bien sûr.

Une chose est certaine – Votre traitement aura pour but de prolonger votre vie, de ralentir l’évolution du votre cancer, de soulager vos symptômes si vous en avez et de rehausser votre qualité de vie.

Discover our animated video!

Symptoms, risk and screening
Are you over 50 years old, or have you been having urinary problems for some time now? This video is for you! Several diseases can affect your prostate, and it’s important to detect them early. Let’s take a closer look. 

 

Anatomy

What is the prostate

Illustration de l’appareil de l’homme pour un cancer prostate

The prostate is a gland:

  • Located between the bladder and the penis, just in front of the rectum;
  • Formed of 2 lobes which surround the urethra, a canal that runs through the center of the prostate, from the bladder to the penis, letting urine and sperm flow out of the body;
  • The size of a walnut, which grows larger in size in your forties;
  • That has a soft, spongy texture to the touch like a small, ripe plum.

The prostate is made of:

  • Gland cells that secrete liquids for ejaculation;
  • Muscle cells that participate in the evacuation of your sperm during ejaculation;
  • Fiber cells that maintain the structure of the gland.

Around the prostate, we find:

  • The seminal vesicles, glands that produce sperm and that are located on either side of the prostate;
  • The vas deferens, the tube that carries sperm from the testicle to the seminal vesicles;
  • The nerve bundles that control your bladder and erectile function and that are located on either side of your prostate.

Structure

Three main zones of the prostate

Illustration des 3 zones de la prostate de l’homme cancer prostate

Peripheral zone

  • The peripheral zone is the largest area of the prostate. It can easily be felt by the doctor during a digital rectal exam (DRE).
  • Most prostate cancers start in the peripheral zone.

Transition zone

  • This is the area located in the middle of the prostate, between the peripheral and central areas. It surrounds your urethra that runs through the prostate.
  • With age, the transitional area increases in size until it becomes the largest portion of your prostate. This is called benign prostatic hyperplasia (BPH) or enlarged prostate.

Central zone

  • It is the part of the prostate that is farthest from the rectum. This is why prostate tumors located in this area can not be felt by the doctor during a digital rectal examination.
  • If the doctor is in doubt, the following information will help decide if additional investigation is necessary:
    • Your PSA level
    • Your age and family history
    • Your ethnic origin

Fonction

In short

Illustration d’une prostate saine cancer prostate

Your fertility and natural fertilization

  • It produces … a prostatic fluid rich in enzymes, proteins and minerals that nourishes and protects your spermatozoa.
  • It makes … a protein (APS) that is used to liquefy your sperm to facilitate the mobility of your spermatozoa.
  • It allows … ejaculation by contracting.
  • It promotes … fertility through its enzymes facilitating the penetration of sperm through the cervix.
  • It is not related to the mechanism of erection. Therefore, the origin of erectile dysfunction lies elsewhere.

Additional details

Exocrine Function

The prostate is made up of thousands of tiny fluid-producing glands. Specifically, the prostate is an exocrine gland. Exocrine glands are so-called because they secrete through ducts to the outside of the body (or into a cavity that communicates with the outside). Sweat glands are another example of an exocrine gland.

The fluid that the prostate gland produces forms part of semen, the fluid that carries sperm during orgasm. This fluid, produced in the prostate, is stored with sperm in the seminal vesicles. When the male climaxes, muscular contractions cause the prostate to secrete this fluid into the urethra, where it is expelled from the body through the penis.

Urine Flow

The prostate wraps itself around the urethra as it passes from the bladder to the penis. Prostatic changes can affect urine flow. Increasing the size of the prostate or muscle tone may impede the flow of urine due to the close anatomical relationship between the urethra and the prostate.

Prostate Specific Antigen (PSA)

The prostate also produces a protein called prostate-specific antigen (PSA). PSA is released with the ejaculatory fluid and can also be traced in the bloodstream. The testing of PSA levels in the blood is used to detect prostate cancer. The level of PSA in the blood is usually measured in nanograms of PSA per milliliter of blood (ng/mL).

A raised PSA level

Usually, a PSA rate of less than 4 nanograms per milliliter of blood is normal, but age should also be taken into consideration as PSA levels gradually increase with age. A rise in PSA concentration may indicate the presence of:

  • An enlarged prostate (benign prostatic hyperplasia)
  • An inflammation or infection of the prostate (prostatitis)
  • A prostate cancer

Your doctor will have you undergo other tests to determine the exact cause of the increase in your PSA.

We are here for you

You have questions or concerns? Don’t hesitate. Contact us at 1-855-899-2873 to discuss with one of our nurses specialized in uro-oncology. They are there to listen, support and answer your questions, and those of your family or your loved ones. It’s simple and free, like all of our other services.

Also take the time to visit each of our pages on this website, as well as our YouTube channel, in order to get familiar with the disease, our expert lectures, our section on available resources, the support that is offered to you, our events and ways to get involved to advance the cause..

 

Staying Informed

Pages that might interest you
Want to know more? Just click on one of the links below.

The latest PROCURE news that might interest you
Every week we publish a blog article. Here are some for you.

The medical content and editorial team at PROCURE
Our team is composed of urologists, and nurses certified in uro-oncology with a deep knowledge of prostate cancer and other diseases related to the genitourinary system. Meet our staff by clicking here.

Sources and references

Last medical and editorial review: September 2023
Written by PROCURE. © All rights reserved

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.
Infolettre

Restez informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir des informations sur nos activités.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais    |    1-855-899-2873

© 2024 PROCURE – Tous droits réservés  No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais
1-855-899-2873
Contactez-nous
© 2023 PROCURE – Tous droits réservés 
No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité