FAIRE UN DON

Parlez à un professionel de la santé 1-855-899-2873

Rechercher

Effets liés à l’hormonothérapie

Effets liés à l’hormonothérapie

Effets liés à l'hormonothérapie

Peu importe le traitement du cancer de la prostate, il est toujours possible que certains effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de l’hormonothérapie dépendent surtout des éléments suivants:

  • Votre type d’hormonothérapie (chirurgie ou médicaments)
  • Le type de médicament utilisée et la duré de traitement
  • Votre état de santé général

Ces effets indésirables, bien que transitoires, peuvent être difficiles à gérer, et certains patients sont alors tentés d’arrêter le traitement. Toutefois, il est important de garder à l’esprit l’impact thérapeutique majeur de l’hormonothérapie. De plus, il existe le plus souvent des moyens pour soulager ces maux et aider le patient à les surmonter. Voici un guide pour vous informer sur ce traitement et vous donner quelques conseils utiles pour gérer vos symptômes et prendre soin de vous-même.

Il ne faut surtout pas hésiter à parler de tous vos effets secondaires avec votre médecin lors de vos visites de suivi.

Baisse de libido

La baisse de la production d’hormones entraînera la perte du désir sexuel (libido), et ce, que vous ayez subi une castration chirurgicale ou médicale. Après plus de deux ans d’une médication continue, le taux de testostérone pourrait ne jamais revenir à la normale. Les médicaments qui facilitent l’érection ne sont pas d’un grand secours lorsqu’il n’y a plus de libido.

Néanmoins, malgré l’absence de désir sexuel, il arrive que des patients recourent tout de même aux moyens médicaux qui permettent une érection (voir ci-dessous). Cependant, dans la plupart des cas, votre désir sexuel réapparaît progressivement, une fois le traitement terminé.

 

Ce que vous pouvez faire

  • En discuter avec votre médecin. Vous devriez peut-être consulter un sexologue, soit seul, soit accompagné de votre partenaire. Ces professionnels peuvent aider les couples à resserrer les liens qui les unissent, à communiquer et à étudier différentes façons d’avoir des rapports intimes. Pour en savoir davantage, nous vous invitons à visionner notre conférence sur la sexualité en cliquant ici.

Dysfonction érectile (impossibilité d’avoir une érection)

Il s’agit d’un effet secondaire très courant de l’hormonothérapie en raison de la perte de libido. Elle peut être permanente avec l’ablation des deux testicules. Sinon, elle persiste tout au long du traitement hormonal. De 3 à 12 mois peuvent être nécessaires après l’hormonothérapie pour retrouver une capacité érectile. Si la capacité érectile ne revient pas d’elle-même, on peut avoir recours à des traitements. Votre capacité érectile après une hormonothérapie dépend de votre fonction sexuelle avant votre traitement, votre âge, votre état de santé général.

 

Ce que vous pouvez faire

  • Votre médecin vous prescrira un traitement vous permettant de retrouver votre capacité érectile et de retrouver une vie sexuelle satisfaisante après votre traitement.
  • Les traitements inclus les médicaments oraux tels que le tadalafil, sildénafil, vardenafil; la pastille MUSE, l’injection pénienne, la pompe à vide ou l’implant pénien par voie de chirurgie.

Pour en savoir davantage sur la dysfonction érectile, consultez notre section sur les effets secondaires.

 

Bouffées de chaleur

Bien que l’on ait tendance à associer ce désagrément aux femmes, les bouffées de chaleur peuvent survenir chez environ 50 à 80% des hommes qui suivent une hormonothérapie. Il s’agit d’une sensation soudaine de chaleur dans le visage et la poitrine qui se propage ensuite vers le reste du corps en vagues, avec une durée de 2 à 30 minutes. Vous pouvez également transpirer, rougir, sentir votre cœur qui débat ou vous sentir anxieux. La cause exacte des bouffées de chaleur est inconnue, mais elle peut être liée à la façon dont les hormones interagissent avec l’hypothalamus, partie de votre cerveau qui contrôle la température corporelle.

Les bouffées de chaleur disparaissent généralement lorsque votre corps s’habitue au traitement ou lorsque le traitement est arrêté, mais il y a un certain nombre de mesures que vous pouvez prendre sur une base quotidienne pour mieux les gérer.

 

Ce que pouvez-vous faire

  • Buvez des liquides pour rester hydraté, de préférence des boissons fraîches non alcoolisées et sans caféine;
  • Évitez les mets épicés;
  • Portez des vêtements qui laissent la peau respirer (ex.: vêtements 100% coton);
  • Portez plusieurs couches de vêtements pour pouvoir les enlever lorsque vous avez trop chaud; Gardez une bonne circulation d’air dans la maison en ouvrant les fenêtres et en utilisant des ventilateurs;
  • Prenez une douche ou un bain à l’eau tiède plutôt que chaude;
  • Mettez des serviettes éponges sur votre matelas et vos oreillers si vous avez tendance à suer excessivement au lit;
  • Pratiquez des respirations lentes et profondes lorsque vous sentez le début d’une bouffée de chaleur, ou essayez des activités de détente comme le yoga ou la méditation.

Parlez de vos bouffées de chaleur à votre médecin si elles sont insupportables, car il existe des traitements qui peuvent vous aider.

 

Gain de poids et fonte musculaire

Le gain de poids et la fonte musculaire sont des effets secondaires courants de l’hormonothérapie. L’augmentation de vos tissus adipeux cause un gain de poids et la perte de tissu musculaire entraîne une diminution de votre force.

 

Ce que vous pouvez faire

  • Vous pouvez atténuer votre gain de poids et la fonte musculaire par un régime alimentaire sain et l’activité physique.
  • Vous pouvez également faire appel à un(e) nutritionniste et un kinésiologue (spécialiste de l’activité physique) pour un soutien additionnel. Parlez-en à votre médecin, votre infirmière, le travailleur social de votre CLSC.

Fatigue

La fatigue rend une personne plus lasse que d’habitude et peut nuire aux activités quotidiennes et au sommeil. La fatigue peut s’atténuer avec le temps. Il est aussi possible qu’elle se prolonge bien après que l’hormonothérapie soit terminée.

 

Ce que vous pouvez faire

  • L’activité physique peut aider à faire face à la fatigue. Pour en savoir davantage sur la gestion de la fatigue, consultez notre section sur les effets secondaires.

Troubles de concentration, irritabilité ou impatience

Vous pourriez vous sentir plus émotif, plus expressif, plus colérique ou plus irritable. Vous pourriez aussi être plus distrait et avoir des oublis.

 

Ce que vous pouvez faire

  • Tenez un journal de bord pour vous aider à identifier les événements perturbants et déclencheurs;
  • Entamez une conversation avec une personne de confiance pour vous aider à relativiser la situation;
  • Découvrez des activités et des loisirs qui vous font du bien (ex.: musique, lecture, animal de compagnie, activité en nature, etc.);
  • Développez des stratégies pour faire face au stress (ex.: respirer lentement, reconnaître ses limites, prendre un moment d’arrêt).

Enflure ou sensibilité des seins

L’enflure des seins chez l’homme s’appelle gynécomastie. Il s’agit d’un effet secondaire courant de l’hormonothérapie du cancer de la prostate, en particulier lorsqu’on administre un anti-androgène par voie orale comme le bicalutamide.

 

Ce que vous pouvez faire

  • En discuter avec votre médecin.

Perte de densité osseuse (ostéoporose)

L’ostéoporose est un effet secondaire tardif qui risque de se produire avec certains médicaments hormonaux (LH-RH). Une évaluation de la teneur minérale de l’os peut permettre de déterminer le niveau de risque.

 

Ce que vous pouvez faire

  • On peut ralentir ou prévenir l’ostéoporose par la pratique de l’exercice physique et une alimentation saine.
  • Votre médecin peut prescrire des produits ou des médicaments pour prévenir ou traiter cette complication: calcium, vitamine D et même des médicaments comme les bisphosphonates (si les os sont très fragilisés en raison de l’âge ou des effets de l’hormonothérapie).

Changements des caractères masculins

L’hormonothérapie cause la perte de poils et de cheveux ainsi qu’une diminution de la taille des testicules. En effet, les hommes qui prennent des analogues de la LH-RH remarquent que leur scrotum perd du volume avec le temps.

 

Dépression

L’hormonothérapie administrée pour le cancer de la prostate cause parfois une dépression et des changements dans la stabilité émotionnelle.

 

Ce que vous pouvez faire

  • On peut traiter la dépression en administrant des antidépresseurs. Pour en savoir davantage sur la dépression et comment reconnaître les signes, consultez notre section sur les effets secondaires.

Anémie

L’hormonothérapie cause l’anémie chez certains hommes. Lorsque le nombre de globules rouges ou la concentration en hémoglobine est bas, les tissus du corps n’obtiennent pas suffisamment d’oxygène. Il en résulte de la fatigue et un essoufflement.

 

Ce que vous pouvez faire

  • Le complément de fer est apporté au moyen de comprimés ou directement par voie intraveineuse, en fonction de la tolérance et des circonstances.
  • Le niveau de fer ne peut être amélioré par le biais de l’alimentation que lorsque la carence en fer est la conséquence d’un régime déraisonnable.

Augmentation du risque de maladies cardiovasculaires

Cela est dû au fait que l’hormonothérapie entraîne un gain de poids, une moins grande capacité à faire de l’exercice et une augmentation du taux sanguin de lipides et de glucose. Il est important de surveiller votre risque de maladies cardiaques et de tenter de prévenir ou de corriger ces maladies autant que possible. De fait, il existe maintenant deux fiches d’information, soit une pour vous en tant que patient et une à remettre à votre médecin de famille.

Vous devriez les télécharger et les imprimer. Si vous n’avez pas d’imprimante, nous contacter au 1 855 899-2873. On s’occupera de vous les envoyer par la poste. Les fiches sont importantes car elles mettent en lumière votre rôle ainsi que celui de votre médecin pour diminuer vos risques d’infarctus (crise cardiaque) ou d’ACV.

 

Fiche d’information pour vous (bleu) et pour votre médecin de famille (mauve)

Augmentation du risque de développer un syndrome métabolique

L’hormonothérapie entraîne une diminution de la sensibilité de vos cellules à l’insuline. Elle cause aussi une augmentation de vos tissus adipeux et une diminution de votre masse musculaire. Ces effets accroissent le risque de diabète, de dyslipidémie (p.ex. hausse de votre taux de cholestérol), d’obésité, d’hypertension, etc. chez les hommes à qui on administre une hormonothérapie.

 

Ce que vous pouvez faire

  • Surveillez votre gain de poids, votre alimentation et bougez!

Réaction de flambée tumorale

L’administration d’analogues de la LH-RH cause en premier lieu une augmentation temporaire du taux de testostérone qui dure environ une semaine. Cette augmentation peut aggraver temporairement vos symptômes; c’est ce qu’on appelle une réaction de flambée tumorale. Au cours de cette réaction, vous pourriez avoir plus de troubles urinaires ou de douleur osseuse.

Votre médecin prescrira un anti-androgène comme Casodex. Administrés par voie orale sous forme de pilules, les anti-androgènes bloquent l’action des androgènes (hormones sexuelles mâles) pour un certain temps afin de réduire les symptômes de la flambée.

 

Effets secondaires liés à l’orchidectomie

La castration chirurgicale occasionne très peu de complications. D’ordinaire, la douleur postopératoire, le gonflement du scrotum et le saignement de la plaie sont minimes. Comme c’est le cas avec toute opération chirurgicale, il peut se produire une infection au niveau de la cicatrice. Cette infection sera alors traitée par des antibiotiques.

Cette chirurgie entraîne des effets secondaires permanents, y compris le dysfonctionnement érectile et une diminution de la libido en raison du faible taux de testostérone.

Sources et références
Dernière révision médicale et éditoriale: janvier 2024. Voir notre comité de valiation de nos pages Web et nos collaborateurs en cliquant ici.

Discover our animated video!

Symptoms, risk and screening
Are you over 50 years old, or have you been having urinary problems for some time now? This video is for you! Several diseases can affect your prostate, and it’s important to detect them early. Let’s take a closer look. 

 

Anatomy

What is the prostate

Illustration de l’appareil de l’homme pour un cancer prostate

The prostate is a gland:

  • Located between the bladder and the penis, just in front of the rectum;
  • Formed of 2 lobes which surround the urethra, a canal that runs through the center of the prostate, from the bladder to the penis, letting urine and sperm flow out of the body;
  • The size of a walnut, which grows larger in size in your forties;
  • That has a soft, spongy texture to the touch like a small, ripe plum.

The prostate is made of:

  • Gland cells that secrete liquids for ejaculation;
  • Muscle cells that participate in the evacuation of your sperm during ejaculation;
  • Fiber cells that maintain the structure of the gland.

Around the prostate, we find:

  • The seminal vesicles, glands that produce sperm and that are located on either side of the prostate;
  • The vas deferens, the tube that carries sperm from the testicle to the seminal vesicles;
  • The nerve bundles that control your bladder and erectile function and that are located on either side of your prostate.

Structure

Three main zones of the prostate

Illustration des 3 zones de la prostate de l’homme cancer prostate

Peripheral zone

  • The peripheral zone is the largest area of the prostate. It can easily be felt by the doctor during a digital rectal exam (DRE).
  • Most prostate cancers start in the peripheral zone.

Transition zone

  • This is the area located in the middle of the prostate, between the peripheral and central areas. It surrounds your urethra that runs through the prostate.
  • With age, the transitional area increases in size until it becomes the largest portion of your prostate. This is called benign prostatic hyperplasia (BPH) or enlarged prostate.

Central zone

  • It is the part of the prostate that is farthest from the rectum. This is why prostate tumors located in this area can not be felt by the doctor during a digital rectal examination.
  • If the doctor is in doubt, the following information will help decide if additional investigation is necessary:
    • Your PSA level
    • Your age and family history
    • Your ethnic origin

Fonction

In short

Illustration d’une prostate saine cancer prostate

Your fertility and natural fertilization

  • It produces … a prostatic fluid rich in enzymes, proteins and minerals that nourishes and protects your spermatozoa.
  • It makes … a protein (APS) that is used to liquefy your sperm to facilitate the mobility of your spermatozoa.
  • It allows … ejaculation by contracting.
  • It promotes … fertility through its enzymes facilitating the penetration of sperm through the cervix.
  • It is not related to the mechanism of erection. Therefore, the origin of erectile dysfunction lies elsewhere.

Additional details

Exocrine Function

The prostate is made up of thousands of tiny fluid-producing glands. Specifically, the prostate is an exocrine gland. Exocrine glands are so-called because they secrete through ducts to the outside of the body (or into a cavity that communicates with the outside). Sweat glands are another example of an exocrine gland.

The fluid that the prostate gland produces forms part of semen, the fluid that carries sperm during orgasm. This fluid, produced in the prostate, is stored with sperm in the seminal vesicles. When the male climaxes, muscular contractions cause the prostate to secrete this fluid into the urethra, where it is expelled from the body through the penis.

Urine Flow

The prostate wraps itself around the urethra as it passes from the bladder to the penis. Prostatic changes can affect urine flow. Increasing the size of the prostate or muscle tone may impede the flow of urine due to the close anatomical relationship between the urethra and the prostate.

Prostate Specific Antigen (PSA)

The prostate also produces a protein called prostate-specific antigen (PSA). PSA is released with the ejaculatory fluid and can also be traced in the bloodstream. The testing of PSA levels in the blood is used to detect prostate cancer. The level of PSA in the blood is usually measured in nanograms of PSA per milliliter of blood (ng/mL).

A raised PSA level

Usually, a PSA rate of less than 4 nanograms per milliliter of blood is normal, but age should also be taken into consideration as PSA levels gradually increase with age. A rise in PSA concentration may indicate the presence of:

  • An enlarged prostate (benign prostatic hyperplasia)
  • An inflammation or infection of the prostate (prostatitis)
  • A prostate cancer

Your doctor will have you undergo other tests to determine the exact cause of the increase in your PSA.

We are here for you

You have questions or concerns? Don’t hesitate. Contact us at 1-855-899-2873 to discuss with one of our nurses specialized in uro-oncology. They are there to listen, support and answer your questions, and those of your family or your loved ones. It’s simple and free, like all of our other services.

Also take the time to visit each of our pages on this website, as well as our YouTube channel, in order to get familiar with the disease, our expert lectures, our section on available resources, the support that is offered to you, our events and ways to get involved to advance the cause..

 

Staying Informed

Pages that might interest you
Want to know more? Just click on one of the links below.

The latest PROCURE news that might interest you
Every week we publish a blog article. Here are some for you.

The medical content and editorial team at PROCURE
Our team is composed of urologists, and nurses certified in uro-oncology with a deep knowledge of prostate cancer and other diseases related to the genitourinary system. Meet our staff by clicking here.

Sources and references

Last medical and editorial review: September 2023
Written by PROCURE. © All rights reserved

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.
Infolettre

Restez informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir des informations sur nos activités.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais    |    1-855-899-2873

© 2024 PROCURE – Tous droits réservés  No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais
1-855-899-2873
Contactez-nous
© 2023 PROCURE – Tous droits réservés 
No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité