FAIRE UN DON

Parlez à un professionel de la santé 1-855-899-2873

Rechercher

Blogue

Blogue

Dépistage refusé? Posez les bonnes questions!

Eh oui. Cela pourrait vous arriver. Dépistage refusé? Dans ces cas, prenez le temps de poser les bonnes questions à votre médecin. Le dépistage du cancer de la prostate est un enjeu important pour la santé des hommes, surtout en présence de facteurs de risque tels qu’un historique de cancer ou une ascendance africaine.

Pourquoi fait-on le dépistage du cancer de la prostate?
Parce qu’il est souvent silencieux et ne provoque aucun symptôme aux premiers stades. La seule manière de le détecter à un stade où il peut être guéri est par le dépistage.

Révision médicale par les chirurgiens-urologues Dr Armen Aprikian et Dr Vincent Trudeau les 24/11/2023 et 28/11/2023 respectivement.

Selon les directives de l’Association des urologues du Canada (AUC), et l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS), le test d’antigène prostatique spécifique (APS) devrait faire partie d’une discussion entre le médecin et son patient, notamment dans les situations suivantes:

  • Si le patient a 50 ans et plus, avec une espérance de vie d’au moins dix ans.
  • Les hommes à risque, en raison de leurs antécédents familiaux ou de leur ascendance africaine, devraient envisager de passer ces tests dès l’âge de 45 ans.
  • Ceci devrait être encore plus tôt si le patient est porteur d’une mutation génétique comme le BRCA 1 ou 2, ou s’il y a une histoire de cancer de la prostate transmise de grands-pères en fils sur plusieurs générations.

Pour les hommes qui choisissent de se soumettre à un dépistage de l’APS, nous suggérons d’entreprendre ces mesures à 50 ans chez la plupart des hommes et à 45 ans pour ceux présentant un risque accru de cancer de la prostate (AUC).

De plus, toujours selon l’AUC, le dépistage devrait être interrompu chez les hommes à l’âge de 70 ans ne présentant aucun symptôme, après discussion avec leur médecin.

Idéalement, un dépistage complet devrait inclure une prise de sang associée à un toucher rectal. Si l’on devait prioriser l’un de ces deux outils de dépistage, la prise de sang serait en tête de liste. Le taux d’APS est mesuré dans le sang pour détecter d’éventuels problèmes liés à la prostate. Un taux élevé ne signifie pas nécessairement la présence d’un cancer, mais peut indiquer divers troubles tels qu’une infection, une inflammation, ou une hyperplasie bénigne.

Dr Paul Perrotte, uro-oncologue au CHUM, discute du dépistage, de la maladie et de l’importance d’en parler avec son médecin lors d’une entrevue radio diffusée sur le 98.5 FM le 17 novembre 2023. Cliquez ici pour l’écouter.

Dépistage annuel: mythe ou réalité?
Contrairement à une croyance répandue, le dépistage annuel n’est pas toujours nécessaire. Voici les recommandations simplifiées:

  • Si le taux d’APS est inférieur à 1 après un test, la prochaine prise de sang, idéalement avec un toucher rectal, devrait être programmée dans 4 ans.
  • La fréquence des tests varie en fonction des résultats:
     – Taux entre 1 et 3: Test tous les 2 ans.
     – Taux supérieur à 3: Des intervalles plus réguliers.

En contrepartie, certains hommes choisissent de ne pas procéder à des examens de dépistage. Ce choix demeure personnel selon les valeurs et besoins de chacun.

Votre médecin refuse de vous faire passer un test? Posez des questions!
Si votre médecin refuse le test d’APS, il a probablement de bonnes raisons. Mais n’hésitez pas à lui poser des questions. Ne sous-estimez pas l’importance d’une communication ouverte avec votre médecin. En posant les bonnes questions, vous serez en mesure de mieux comprendre les décisions liées à votre santé et à votre bien-être. Voici quelques exemples de questions à la suite d’un refus de dépistage.

  • Pourquoi ne recommandez-vous pas le test d’APS, même si j’ai atteint l’âge recommandé par l’Association des urologues du Canada pour le dépistage?
  • Pourriez-vous m’expliquer plus en détail les critères que vous utilisez pour décider de ne pas recommander le test d’APS?
  • Puisque le cancer de la prostate est silencieux, le dépistage ne sert-il pas à le détecter avant que des symptômes n’apparaissent et que le cancer soit avancé?
  • Est-ce que mes antécédents familiaux de cancer ne justifient pas un dépistage préventif?
  • En tant qu’homme noir, ai-je des facteurs de risque particuliers que nous devrions prendre en compte?

NB. Vous n’avez pas de médecin de famille et vous résidez au Québec?
Vous aurez besoin d’être patient!

  • Inscrivez-vous au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF). Si vous êtes déjà inscrit, vérifiez votre dossier pour savoir si un médecin de famille vous a été attribué. Notez que votre demande sera automatiquement supprimée après 5 ans, et vous devrez recommencer le processus.
  • Consultez le site Rendez-vous santé Québec (RVSQ) pour prendre un rendez-vous ou trouvez où consulter près de chez vous.
  • Contactez une clinique sans rendez-vous. Vous devrez passer l’appel au plus tard à 6h du matin et avoir votre carte d’assurance maladie à portée de main.
  • Contactez le 811, option 3. Si vous avez des symptômes, on vous recommandera la marche à suivre. Si vous n’avez aucun symptôme et aucun facteur de risque, vous pourriez essuyer un refus de référence vers un médecin. D’où l’importance des arguments à faire valoir pour un dépistage du cancer de la prostate.
  • Si vous préférez accélérer le processus et aller en clinique médicale ou d’urologie privée, il vous suffit d’en trouver une dans votre secteur et de les contacter pour connaître leurs services.

Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos webinaires PEP animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Webinaires à revoir
Risques, symptômes, dépistage

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous.
Nutrition et poids santé

Articles de blogue de PROCURE qui sauront vous éclairer
Chaque semaine, nous publions un article de blogue. En voici quelques-uns pour vous.
Je suis un tout petit peu diabétique
Le régime méditerranéen classé meilleur régime pour vous
Pourquoi un bilan de santé?

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2023

Autres pages qui pourraient vous intéresser

Inquiet de vos symptômes? Quand consulter! – EN SAVOIR PLUS…
6 conseils pour faire face à incontinence urinaire – EN SAVOIR PLUS…
5 faits à savoir sur la prostatite – EN SAVOIR PLUS…

Informations complémentaires - Rôle de la prostate

Sources et références
Révision médicale et éditorial julle 2023 Notre comite de validation de nos pages web voir nos collaborateurs

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.
Infolettre

Restez informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir des informations sur nos activités.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais    |    1-855-899-2873

© 2024 PROCURE – Tous droits réservés  No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Le cancer de la prostate
ne le vivez pas seul.

Nos professionnels de la santé  sont là pour répondre à toutes vos questions ainsi que celles de vos proches. Contactez-nous.

Ligne de soutien 7/7 sans frais
1-855-899-2873
Contactez-nous
© 2023 PROCURE – Tous droits réservés 
No enregistrement: 86394 4955 RR0001

Conditions d’utilisation | Politique de confidentialité